De l’audace! Le Luxembourg dans l’atlas des collections Supports/Surfaces

Beaux-Arts

Après une récente exposition mettant en dialogue les œuvres de deux membres fondateurs du mouvement Supports/Surfaces, Claude Viallat et Patrick Saytour, le Nationalmusée um Fëschmaart revient plus amplement sur ce courant artistique à l’occasion d’importantes acquisitions permettant au Luxembourg de se profiler sur la scène artistique européenne.

De fait, en dehors de la France, le musée peut s’enorgueillir de réunir aujourd'hui une collection publique particulièrement représentative réunissant une quarantaine d’œuvres (peintures, sculptures, installations) emblématiques de l’émergence de ce courant artistique bien spécifique. Si le groupe Supports/Surfaces (1968-1974) fut éphémère, il n’en fut pas moins décisif. Dans l’expérimentation de nouvelles formes et de nouveaux gestes, les membres du collectif remettent le support traditionnel en question et tout élément, quel qu’en soit le matériau et son utilité – d’ordre quotidien, de caractère kitsch, d’occasion, voire de récupération – trouve grâce à leurs yeux. Bref, ils font littéralement feu de tout bois. Tout au long de leur carrière, les principaux fondateurs n’ont eu de cesse de poursuivre les explorations soulevées par le mouvement, perpétuant durablement l’héritage Supports/Surfaces. C’est précisément cette fougue qui continuellement les anime que notre exposition se propose d’illustrer en mettant en lumière le parcours des principaux pionniers au moyen de témoignages passionnants et de documentaires tournés au sein de leur atelier. Venez découvrir les figures qui dans l’Hexagone ont préfiguré l’art contemporain!

Tarif :
7€

En savoir plus

Informations pratiques

Adresse

Musée national d'histoire et d'art
Marché-aux-Poissons -
L-2345 LUXEMBOURG

Téléphone

Site internet

Carte

Contenu délivré par Echo.lu - Informations sous réserve de modification et sans engagement !

Pour annoncer votre évènement (ayant lieu sur le territoire de la capitale), enregistrez-le sur Echo.lu et nous le reprenons dans notre agenda.

https://www.echo.lu